SAINFOIN (Fabacées)

12 floréal



On le nomme aussi esparcette ou coqueraye, ou herbe éternelle.

Le sainfoin, qui existe à l'état sauvage, a été largement cultivé en association avec des graminées comme plante fourragère et comme engrais vert jusqu'au milieu du XXème siècle. Il donnait un excellent miel, introuvable à l'heure actuelle.


Extraits de l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert:

"M. Tull prétend que ce fourrage est si bon, qu'on peut se dispenser de donner de l'avoine aux chevaux, quand on leur fournit de cette nourriture. Il assure qu'il a entretenu pendant toute une année un attelage de chevaux en bon état, en ne leur donnant que de ce foin, quoiqu'ils fussent occupés à des travaux pénibles. Il ajoute qu'il a engraissé des moutons avec la même nourriture, plus promptement que ceux qu'on nourrissait avec du grain. [...]

 ...les anciens faisaient de cette plante beaucoup plus d'usage que nous. Dioscoride, Galien, Pline, etc. en parlent comme d'un remède usité, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Ils regardaient les feuilles de cette plante comme fortifiantes, résolutives, diaphorétiques et diurétiques: mais encore une fois, les modernes ne l'employent plus.

On a observé que les feuilles de sainfoin cueillies immédiatement avant l'apparition de la fleur, et séchées avec soin, prenaient la forme extérieure et l'odeur du thé vert: il ne serait pas étonnant qu'elles eussent aussi la même vertu."

calendrier républicain