RAIPONCE (Campanulacées)

1er frimaire


Plante répandue dans les prés et les bois d'Europe, et dont certaines espèces étaient cultivées pour leurs feuilles et racines comestibles. Cette plante sauvage a été améliorée aux XVème et XVIème siècles, puis a disparu de nos potagers. Les feuilles se mangent crues, les racines crues et râpées ou bien cuites.

L'encyclopédie de Diderot et d'Alembert mentionne la petite raiponce de carême et la raiponce sauvage ou grande raiponce dont "la racine se mange assez communément en salade soit crue soit cuite" et la raiponce d'Amérique, ou cardinale bleue "que M. Kalm savant naturaliste suédois a proposée comme un spécifique contre les maladies vénériennes: C'est la racine de cette plante qui fournit ce spécifique. On en prend cinq ou six, soit fraiches, soit séchées. On les fait bouillir pour en faire une forte décoction; on en fait boire abondamment au malade dès qu'il est réveillé; et il continue d'en faire sa boisson ordinaire dans le cours de la journée; elle doit être légèrement purgative; si elle agissait trop vivement, il faudrait la faire moins forte. Pendant l'usage du remède, il faut s'abstenir de liqueur forte, et des aliments trop assaisonnés: le malade continue sa boisson; il s'en sert même pour bassiner et fermenter les parties extérieures du corps sur lesquelles le mal a fait impression; il ne faut que quinze jours ou trois semaines pour parvenir à une guérison totale..."

calendrier républicain