PRIMEVÈRE (Primulacées)

1er germinal


Coucou, herbe à la paralysie , herbe de Saint Paul, ou encore clef de Saint Pierre, on utilisait les racines, séchées et moulues, à la place de la girofle quand l'approvisionnement était défectueux.

"Cette plante est plus dessicative que chaude, d'une saveur entre l'âcre et l'amer, astrictive et anodine.Son principal usage est dans les affections de la tête, l'apoplexie et la paralysie. Pour cet effet, on peut user des fleurs à la manière du thé. L'huile d'olive dans laquelle on fait infuser les fleurs au soleil dans une bouteille de verre double bien bouchée pendant six semaines, est bonne contre toutes contusions et meurtrissures, plaies malignes, douleurs ou points aux épaules, aux cuisses ou ailleurs, en manière de lassitudes, paralysie commençante, inflamations et enflures des membres blessés, et où il y a plaie. On en frotte soir et matin la partie malade avec la main pour la faire pénétrer, et on applique dessus de la vessie de porc, ou du vieux papier froissé entre les mains pour l'amollir.

Les feuilles et les racines sont apéritives et vulnéraires. Bartholin assure avoir guéri un paralytique du côté gauche, en lui faisant user de l'eau de vie de froment dans laquelle on avait fait bouillir la primevère. La racine prise en poudre est bonne contre les vers, et en décoction pour déboucher les reins et la vessie, et en faire sortir le gravier.

Le suc de cette plante, mis sur les articles, guérit les douleurs de la goutte, et les tumeurs qui s'ensuivent des piqûres des bêtes venimeuses. Toute la plante broyée et appliquée guérit les blessures; le vinaigre dans quoi on a mis infuser ses racines, attiré par le nez en forme d'errine, guérit le mal de dents. " (La nouvelle maison rustique, an XII)


calendrier républicain