PLATANE (Platanacées)

2 germinal

Les Platanes sont choisis pour border les allées non seulement pour leur majesté, mais surtout à cause de la rapidité de leur croissance, de leur capacité à supporter la taille: on l'élague, on le coupe, on le décapite, on le tronçonne, il repousse bien vert et bien feuillu, étalant ses larges feuilles. Son nom signifie "large" (en grec).

Le bois de platane n'est pas "noble", il sert principalement au chauffage, il est aussi utilisé pour confectionner du contreplaqué, des jouets, et des articles ménagers.

"... Et ils firent l'éloge du platane, arbre domestique, voué à l'ornementation des routes nationales et des places publiques, équivalent végétal de la vache, elle même vouée à la décoration des champs, arbre dont on dispose à volonté, que l'on intègre à l'ordre humain aussi facilement qu'un chien ou une poule. A preuve de sa docilité, comme de son abdication, le platane ne forme pas de bandes comme les autres arbres, plus sauvages. Selmer et Arbogast n'avaient pas le moindre souvenir de forêt de platanes; peut-être y en avait-il, mais la chose était à peine imaginable: le platane était un gros arbre neutre et soumis, un castrat branchu. Sans doute d'ailleurs était-il mal vu des autres essences; il devait faire figure de mouton, de collaborateur, de jaune. Indolent et familier, inverse du baobab -ou sans chercher plus loin du simple cyprès-, il était plus que tout autre démuni de dimension tragique, sauf quand une automobile s'écrasait contre son tronc, seule occasion de drame pour le platane, mais qui accentuait plus encore son statut d'arbre humain à l'extrème, socialisé jusque dans l'accident..."

Jean ECHENOZ Le méridien de Greenwich. © 1979 Les Editions de Minuit

Photo: écorce de platane.

calendrier républicain