PEUPLIER ( Salicacées)

9 pluviôse



Extraits de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

A propos des peupliers noirs:

"Le peuplier doit être mis au nombre des plus grands arbres, et il mérite de tenir le premier rang parmi ceux qui se plaisent dans un terrain aquatique. Cet arbre croît très promptement, se multiplie avec la plus grande facilité, et résiste à toutes les intempéries des saisons. Son utilité s'étend à divers usages très profitables à la société.

Le bois de peuplier est jaunâtre, souple, assez dur, passablement solide, mais un peu difficile à la fente; on en peut faire des pièces de charpente pour des bâtiments de peu de conséquence; on en tire aussi des planches de durée, si on les garantit de l'humidité. Les Sculpteurs l'emploient à défaut du tilleul; il est aussi de quelqu'usage pour les menuisiers, les Tourneurs, les Sabotiers, etc.

[...] le peuplier noir fournit à la Pharmacie ses yeux ou bourgeons  naissants. Ces yeux sont enduits et pénétrés d'un sac balsamique d'une odeur fort agréable. Tournefort recommande contre les diarrhées invétérées et les ulcères internes, l'usage intérieur d'une teinture tirée des yeux de peuplier. Plusieurs auteurs en recommandent encore l'usage extérieur; par exemple, leur application en forme de cataplasme sur les hémorrhoides, etc. mais l'un et l'autre de ces usages est absolument négligé, et les bourgeons de peuplier ne sont absolument employés que dans la préparation de l'onguent populeum.
[...] Cet onguent est d'un usage très commun contre les tumeurs inflammatoires extérieures, et principalement contre les hémorrhoides très douloureuses, dont il est regardé comme le calmant spécifique.
L'onguent populeum entre dans la composition de plusieurs médicaments officinaux externes; par exemple, dans le baume hypnotique, l'onguent contre la gale, l'onguent hémorrhoïdal, et l'onguent épispastique de la pharmacopée de Paris."

 A propos des peupliers d'Italie:

"... c'est une très jolie variété nouvellement venue d'Italie, où on en fait grand cas. Sa beauté consiste en ce que ses feuilles, qui ont beaucoup de ressemblance avec celle de l'osier blanc, sont d'un vert brillant très vif, quoique foncé; et cette verdure qui est stable, ne s'obscurcit point sur l'arrière saison comme celle des feuilles du peuplier noir ordinaire; mais un autre agrément plus recommandable, c'est que le peuplier de Lombardie forme naturellement la pyramide bien plus que les autres arbres de son genre, au moyen de ce que ses branches affectent de se rapprocher de la maîtresse tige, ce qui rend cet arbre des plus propres à former des avenues d'une grande et singulière apparence."

A propos du peuplier tremble:

"C'est un grand arbre, et l'espèce la plus ignoble des peupliers: il a presque toujours un air chenu et dépérissant qui le dégrade; il vient communément dans les bois dont le sol est froid, humide, argilleux; il fait une tige assez droite qui ne grossit pas à proportion de sa longueur. Sa tête est assez ronde. Ses racines tracent à fleur de terre, et poussent une grande quantité de rejetons. Son écorce, de couleur cendrée, paraît terne, mate, et sèche comme si elle était morte."

Photo: peupliers d'Italie

calendrier républicain