MENTHE (Labiacées)

21 messidor



Dans la mythologie grecque, on raconte qu'autrefois vivait une jolie naïade appelée Mintha, fille du dieu des rivières souterraines. Le sort fit qu'elle devint follement éprise d'Hades, roi de la mort, marié à Perséphone. L'épouse trompée, furieuse de les surprendre en plein ébats amoureux, jeta Mintha par terre, la piétina jusqu'à la réduire en pièces qui se métamorphosèrent en autant de pieds d'une herbe aromatique que l'on nomme encore aujourd'hui mintha ou menthe.

La menthe est cultivée déjà durant l'âge de bronze, et dans la haute antiquité, Dioscoride et Théophraste en vantent les mérites. Quelques siècles plus tard, en l'an XII de le République Une et Indivisible, la menthe a toujours autant de vertus:

"Les menthes fortifient le cerveau, le cœur, l'estomac, elles chassent les vents, résistent au venin, excitent l'appétit, provoquent les mois aux femmes, aident à la respiration et à la digestion, corrigent les aigreurs et les rapports, arrêtent le vomissement, elles tuent les vers. On peut s'en servir à la manière du thé ou de leur eau distillée...... une cuillerée de cette eau apaise les tranchées des enfants. Les feuilles appliquées en forme de cataplasme apaisent la colique, fortifie l'estomac. L'huile faite par l'infusion des feuilles et des fleurs de baume de jardin est très bonne pour toutes sortes de plaies et de contusions étant appliquée dessus avec une compresse."

(La nouvelle maison rustique, an XII).

calendrier républicain