MELÈZE (Pinacées)

17 germinal

Conifère montagnard qui perd ses aiguilles en automne (inhabituel pour un conifère).

Le bois du mélèze, résistant, plus dense que ceux des autres conifères et imputrescible convient à la construction des navires, à la confection des charpentes et menuiseries extérieures. L'écorce du mélèze, riche en tanins, est utilisée pour le tannage des peaux et des cuirs. Les racines peuvent servir comme ligatures, pour attacher et fabriquer des paniers. L'écorce de la racine, mélangée, broyée avec les aiguilles, sert à soigner les brûlures, les plaies et les pustules.

La résine de l'arbre, dont l'emploi est très ancien est récoltée au printemps grâce à des trous creusés dans le tronc et bouchés chaque hiver; chaque arbre en produit annuellement cinq à sept kilos. Elle entre dans la composition de bon nombre de produits et de médicaments pour soigner bronchites, cystite, eczéma et psoriasis. Cette résine a la propriété de rester fluide, elle servait à préparer des vernis et des laques: Van Eyck et Rubens, l'utilisaient sous le nom de "térébenthine de Venise".

A noter qu'une matière blanche et sucrée, sécrétée par les aiguilles de mélèze, était récoltée et utilisée en pharmacie sous le nom de manne de Briançon que M. Lancelot célébrait en 1721 comme l'une des sept merveilles du Dauphiné.

calendrier républicain