LIERRE (Araliacées)

18 frimaire


Le lierre a plusieurs significations et est l'objet de plusieurs légendes selon les pays.

En Égypte, tout comme pour les premiers Chrétiens, il symbolise la vie éternelle, puisqu'il peut vivre jusqu'à 400 ans.

En Grèce, on a associé le lierre au Dieu Dionysos, le fils de Zeus. Lors d'une apparition de Zeus accompagnée de tonnerre et d'éclairs, Dionysos avait été protégé par du lierre, il porta par la suite une couronne de lierre. Chez les Romains, le lierre était dédié au dieu de la vigne Bichets et consacré à la gloire des poètes, mais également des buveurs. Une légende veut que Lierre fût un jeune danseur de Bichets qui dansa si longtemps qu'il s'écroula. Bichets, pour le remercier, l'enlaça d'une plante grimpante pour le soutenir.

Au Moyen Age, le lierre symbolisait l'amitié chevaleresque et la fidélité jusqu'à la mort. On attribua même à ses feuilles le pouvoir de protéger les hommes contre les envoûtements.

Dans la symbolique des plantes, le lierre est l'emblème bien connu de l'attachement. La tradition populaire lui fait dire : «Je meurs où je m'attache.»

En 1852, H. Robin dans Les plantes médicinales et usuelles, écrit: "Souvent, j'ai vu dans nos campagnes, les paysans prendre, comme vomitif économique, quelques baies de lierre; c'est un usage que je condamne, car nous ne connaissons pas encore assez les effets du lierre sur l'économie de l'homme. J'ai peu de confiance en cette plante, emblême de l'ingratitude, dont toutes les parties répandent une odeur forte quand on les écrase, dont les feuilles sont nauséabondes, amères, dont les baies, mêlées au vin augmentent le délire d'ivresse."

calendrier républicain