LAVANDE (Labiacées)

14 messidor

x

x

Dans les civilisations Grecques et Romaines, la lavande est souvent citée pour les usages connus aujourd'hui : parfumerie, médecine et soins du corps.

Depuis le Moyen Age elle est cultivée dans les jardins des herboristes et des monastères. Sainte Hildegarde au XIIème siècle cite la lavande pour la préparation d'un collyre; en 1478, le Roi René achète de l'essence de lavande en Provence pour l'offrir à sa dame; et lors des dernières grandes pestes en Provence, la lavande est très présente dans les moyens de lutte : emplâtres, fumigations, vinaigres.

En l'an XII de la République, voici ce qu'en dit La nouvelle maison rustique:

En usage interne, on se sert des fleurs "qui sont chaudes et dessicatives, d'une saveur un peu âcre et amère", et des feuilles "céphaliques et nervines". "L'usage externe est en forme de lessive dans les affections de la tête et des articles, et en forme de masticatoire dans les catarrhes pour faire révulsion et empêcher qu'ils ne se jettent sur la poitrine. Son odeur suffit pour chasser les poux; on frotte aussi la tête de l'huile d'aspic*, on la laisse enveloppée toute la nuit, le matin on la lave avec une décoction de lavande, et tous les poux tombent morts; on frotte aussi les bois des lits avec cette huile pour chasser les punaises."

*Aspic = Lavande

calendrier républicain