IF (Taxacées)

18 pluviôse


Sa longévité est remarquable: un if de 1700 ans vit en France, un de 3000 ans en Grande-Bretagne; cette longévité lui a fait prêter dès l'antiquité des liens avec le monde des morts et il est symbole d'immortalité.

Extraits de l'Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

"L'if est peut être de tous les arbres celui qui souffre la taille avec le moins d'inconvénient, et qui conserve le mieux la forme qu'on veut lui donner. On lui voit prendre sous les ciseaux du jardinier des figures rondes, coniques, spirales, en pyramide, en vase, etc.

Le bois de l'if est rougeâtre, veineux et flexible, très dur, très fort, et presque incorruptible; sa solidité le rend propre à différents ouvrages de Menuiserie, il prend un beau poli, et les racines s'emploient par les Tourneurs et les Ebénistes.

Si l'on en croit la plupart des anciens auteurs d'agriculture, et quelques uns des modernes, cet arbre a des propriétés très nuisibles; le bois, l'écorce, le feuillage, la fleur et le fruit, son ombre même, tout en est venimeux, à ce qu'ils assurent; il peut causer la mort à l'homme, à plusieurs animaux quadrupèdes, et aux oiseaux: ils citent même quantité de faits à ce sujet.
Mais il paraît que cette malignité si excessive doit être surtout attribuée à un autre espèce d'if, qui ne se trouve que dans les contrées méridionales de l'Europe, et qui a les feuilles plus larges et plus luisantes que celles de l'espèce que nous cultivons. M. Evelyn, dans son Traité des forêts, rapporte avoir vu à Pise en Italie, de ces ifs à larges feuilles, qui rendaient une odeur si forte et si active, que les Jardiniers ne pouvaient les tailler pendant plus d'une demi - heure, sans ressentir un grand mal de tête.
Il est très certain que le fruit de notre if ne cause aucun mal; on a vu souvent des enfants et des animaux en manger sans aucun inconvénient; bien des gens se sont trouvés dans le cas de se reposer, et même de dormir sous son ombre, sans en avoir ressenti aucun mal; mais à l'égard des rameaux, qui peuvent comprendre en même temps le bois, la feuille et la fleur, il y a lieu de soupçonner qu'il est très dangereux d'en manger: il y a sur cela un exemple assez récent. Un particulier de Montbard, en Bourgogne, ayant conduit sur un âne des plantes au jardin du Roi à Paris, au mois de Septembre 1751, il attacha son âne dans une arrière cour du château, où il y avait une palissade d'if; pendant que le conducteur s'occupa à transporter dans les serres les plantes qu'il avait amenées, l'animal, qui était pressé de la faim, brouta des rameaux d'if qui étaient à sa portée, et lorsque le conducteur revint pour prendre son âne et le conduire à l'écurie, il le vit tomber par terre, et mourir subitement, malgré les secours d'un maréchal qui fut appelé sur le champ, et qui reconnut par l'enflure qui était survenue à l'animal, et par d'autres indices, qu'il fallait qu'il eût mangé quelque chose de venimeux. Jean Bauhin dans son histoire des Plantes cite pareil fait d'un âne mort subitement, au village d'Oberentzingen, pour avoir mangé de l'if."


Photo: cimetière de Molières-sur-Cèze (Gard)

calendrier républicain