FRAISE (Rosacées)

11 prairial

Son nom botanique "frageria" signifie parfum. Nos ancêtres cueillaient la fraise des bois, bien sûr, elle est si bonne! ils transplantaient des fraisiers dans leurs jardins, fumaient, binaient, paillaient le sol. La Quintinie, jardinier de Louis XIV, la cultivait dans son potager, et sur les bonnes tables, elle était servie avec de la crème pour les femmes et du vin pour les hommes.


Extraits de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert:

"La fraise est un petit fruit rouge ou blanc; il ressemble au bout des mammelles des nourrices; c'est le plus hâtif, et un des plus délicieux fruits du printemps: on connaît qu'il est mûr et bon à manger, quand il quitte la queue sans peine. Il y en a de plusieurs espèces, soit rouges soit blanches; mais la plus petite et la meilleure pour le parfum, est la fraise de bois ou de montagnes. On cultive la fraise du Chili**, par curiosité.[...]
Il [le fraisier du Chili] diffère de toutes les espèces européennes par la largeur, l'épaisseur, et le velu de ses feuilles. Son fruit de couleur rouge - blanchâtre, est généralement de la grosseur d'une noix, et même quelquefois aussi gros qu'un œuf de poule; mais sa saveur n'a pas l'agrément et le parfum de nos fraises de bois. Cette plante a produit du fruit au jardin royal de Paris..."

Les fraises sont très  usitées sur nos tables; on les sert principalement au dessert avec du sucre, et on les arrose d'eau, de lait, de crême, ou de vin; c'est dans l'eau qu'elles se dissolvent le plus facilement, et qu'elles passent le plus vite. Il faut les choisir bien mûres; et la prudence demande de n'en point manger sans les avoir lavées: du moins le cas rapporté par Hilden, justifie cette précaution; il parle d'une femme qui après avoir mangé des fraises à jeun, fut aussitôt attaquée de maux d'estomac, de lipothymies, de vertige, de l'enflure des hypochondres, etc. et ne fut guérie que par les secours d'un vomitif. Les fraises qu'avait mangé cette femme, sans les avoir lavées auparavant, avaient sans doute été empoisonnées par l'urine, la salive, ou l'haleine de quelque bête venimeuse, comme de serpents, de vipères, de crapeaux, ou par la piqûre de quelque insecte, qui leur avait donné un suc nuisible.

Il arrive aussi quelquefois, que si l'on mange trop de fraises, leurs esprits vineux se développent par la fermentation, portent à la tête, enivrent en quelque manière, ou produisent de violentes coliques. Il y a même des personnes mobiles qui tombent en faiblesse par la seule odeur des fraises. Mais tous ces cas particuliers ne prouvent rien contre les qualités salutaires de ce fruit, qui est émollient, raffraîchissant, apéritif, et propre à corriger l'acrimonie bilieuse des humeurs.

On fait pendant l'été chez les gens riches, et dans les cafés publics, avec le suc des fraises, des eaux ou des juleps excellents pour étancher la soif, soit en santé soit en maladie, surtout dans les fièvres aiguës, bilieuses, et putrides. On prend aussi du suc de fraises, du suc de limons, et de l'eau en quantité égale, mêlés ensemble, avec autant de sucre qu'il en faut pour rendre cette boisson agréable; elle fait les délices des pays chauds. En Italie, on broye la pulpe des fraises avec de l'eau - rose, et on en fait ensuite avec le suc de citron une conserve délicieuse. Cette même pulpe de fraises appliquée toute récente en forme de cataplasme, est recommandée dans les rougeurs et inflammations extérieures.

On distille encore quelquefois chez les Parfumeurs et Apoticaires, une eau de fraise qui passe pour un bon cosmétique. Quand cette eau est tirée des fraises de bois, elle est d'une odeur charmante; et les dames s'en servent volontiers à leur toilette, pour effacer les rousseurs et les lentilles du visage: mais Hosfman préfère avec raison pour cet usage l'eau distillée de toute la plante, comme plus efficace et plus détersive."


** Cette fraise du Chili a été introduite en France en 1714 par Amédée-François Frézier, elle est à l'origine (après croisement avec une fraise de Virginie) des centaines de variétés de fraises que nous connaissons.

calendrier républicain