FIGUE (Moracées)

(7 brumaire)



 Originaires d'Orient,  riche d'une centaine d'espèces, le figuier est  très répandu dans le Bassin  méditerranéen. C'est, avec l'olivier, la  vigne, le palmier dattier et le grenadier, l'un des 5 arbres  de la Terre Promise, et le premier des arbres explicitement  cité dans la Bible, puisque ses feuilles fournissent  à Adam et Eve de quoi se couvrir après le  péché. Les Romains dégustaient les  figues avec du jambon cuit et s'en servaient pour gaver les  oies, les Phéniciens, les consommaient sèches  lors de leurs expéditions en mer.

Chez les Anciens, le latex de figuier était  utilisé pour la préparations des fromages, on  l'employait également pour attendrir la viande.

"On se sert en médecine des figues  desséchées au four ou au soleil ... elles  remédient au sable des reins, de la vessie,  résistent au venin, et sont spécifiques dans  la petite vérole et la rougeole pour pousser les pustules dehors, les mûrir, et les ramollir... Les  figues vertes ou sèches conviennent toutes deux aux  maux de la poitrine et des reins, la première ayant  tant de sympathie avec les derniers, que les remèdes propres à la poitrine sont également propres  aux reins. Ainsi, la décoction de figues, salutaire  dans la toux contre l'asthme, en corrigeant,  tempérant, découpant et tirant la lymphe  viciée, n'est pas moins convenable dans la douleur  néphrétique, dans le calcul, l'ulcère des reins, l'iscurie, le pissement de sang." (La nouvelle  maison rustique, an XII).

La figue cuite dans du lait aurait le pouvoir de  guérir les panaris.

calendrier républicain