BELLE DE NUIT (Nyctaginacées)

(16 vendémiaire)

 Ses fleurs au parfum délicat ne s'ouvrent qu'à la tombée du jour. Importée du Pérou en 1525, on la surnomme Quatre heures, ou Herbe triste, ou Merveille du Pérou, ou encore Faux Jalap.

Toutes les parties de la plante sont toxiques. Les Indiens d'Amérique du Sud soignaient les plaies et la lèpre avec une décoction de ses racines.


"La belle de nuit est une plante très cultivée dans les jardins pour ses fleurs, elle s'y reproduit spontanément de semence chaque année; ses racines vivaces lorsqu'on les protège contre les fortes gelées, ou lorsqu'on les rentre comme celles des dahlias atteignent souvent des dimensions  très considérables: il en existe un pied à Soissons dont la racine a trois pieds de circonférence et communément, dès la première année, ces racines ont le volume d'une carotte ordinaire. Déjà l'on a proposé d'en extraire la substance purgative connue dans le commerce sous le nom de jalap; il serait peut-être possible aussi de l'utiliser comme racine alimentaire à cause de son volume. Quoi qu'il en soit, les graines de cette plante qui sont fort nombreuses et fort grosses contiennent une grande quantité de fécule que M. Payen qui les a analysées à notre sollicitation a trouvé d'une blancheur parfaite, très pure, et à grains tout à fait libres, d'une ténuité beaucoup plus grande que la fécule du panais que M. Biot avait déclaré plus fine que toutes les autres. La séparation mécanique de la partie féculente, des enveloppes et de l'endosperme, ne parait pas présenter de difficultés; seulement, cet embryon, très volumineux et composé de deux substances azotées en grande proportion, dont l'une est soluble et l'autre insoluble, referme aussi un principre âcre probablement vénéneux qu'il serait nécessaire d'éliminer par des lavages à grande eau. On peut fonder de grandes espérances sur la culture de cette plante, et il est à désirer qu'on en fasse des essais en grand."  Maison Rustique du XIX ème siècle (Paris 1837).



calendrier républicain