AVOINE (Graminées)

2 messidor

Extraits de La nouvelle maison rustique, an XII.

"L'avoine cultivée sert principalement en France à nourrir les chevaux. On en fait aussi du pain dans les temps de disette, mais quoique l'avoine soit plus nourrissante que l'orge dont on fait aussi du pain et quoique l'un et l'autre de ces grains serve d'aliment et de médicament en différentes manières, l'usage le plus désagréable et le moins sain est d'en faire du pain. Cependant en bien des endroits, on n'en mange point d'autres, particulièrement en Savoie. .... Le gruau n'est autre chose que de l'avoine mondée, c'est à dire dont on a ôté la peau et qu'on a fait sécher au four et ensuite réduit en farine grossière..... On fait avec le gruau des bouillons, des crèmes et des breuvages très sains..... Les Moscovites font distiller l'avoine pour en tirer une eau dont ils font leur boisson au lieu de vin, elle échauffe et enivre autant. En Hollande, en Allemagne et en Angleterre, on fait avec l'avoine de la bière qui est très fine et très délicate.

On ne dépouille l'avoine qu'après le blé .... le point de sa maturité est lorsqu'elle jaunit ou blanchit; il faut mieux scier que faucher l'avoine parce que le fauchage en égrène beaucoup. Lorsque l'avoine est sciée, on la laisse, par une assez mauvaise habitude, quelque temps javeler sur le champ, jusqu'à ce que par la rosée ou par la pluie, le grain commence à noircir, alors on la ramasse par tas et de ces tas on fait les gerbes. L'avoine n'est point sujette à germer comme le blé, c'est pourquoi on la laisse longtemps, la pluie ne fait que grossir le grain; il y a même des cultivateurs qui pour cet effet, l'arrosent quand il n'a point plu, parce que l'avoine mouillée, ou, comme ils disent bien avenée en javelle, remplit mieux le boisseau; mais il s'en faut de beaucoup qu'elle soit meilleure, ni pour la garde, ni pour la nourriture des chevaux.....

La meilleure façon de conserver l'avoine, c'est d'y mettre des feuilles de laurier....

On doit la bien cribler et épousseter avant de la donner aux chevaux, et surtout la bien flairer pour savoir s'il n'y a point le goût des rats ou de relent, parce qu'il les dégoûte."

calendrier républicain