AUBEPINE (Rosacées)

4 floréal

Appelée encore épine blanche, épine de mai, poire d'oiseau ou noble épine, elle est très commune, on la remarque surtout au printemps, quand tous les arbres sont encore nus, elle est couverte de fleurs blanches. Ses fruits rouges, les cenelles sont comestibles.

Longtemps avant notre ère, aux repas de noces qui se déroulent à Athènes, chaque convive porte une branche d'aubépine, gage de bonheur et de prospérité pour l'avenir des époux. A Rome, c'est le marié lui-même qui en agite un rameau en conduisant sa femme vers la chambre nuptiale, et on attache de l'aubépine au berceau des nouveau-nés pour les mettre à l'abri des mauvais sorts et des maladies.

L'avènement du christianisme ne fait que confirmer ces croyances. C'est, en effet, l'aubépine qui aurait servi à tresser la couronne du Christ et on dit même que cette plante est entrée dans l'écriture sainte bien avant la Passion puisque le célèbre « buisson ardent » près duquel Moïse eut son premier entretien avec Dieu, était un buisson d'aubépine.

A l'époque des croisades, le chevalier partant pour la Terre Sainte offre à sa dame un rameau d'aubépine lié d'un ruban incarnat, signe qu'il « vivra en espérance ». Pendant des siècles, les flambeaux qui éclairent la chambre nuptiale sont de bois d'aubépine conservé spécialement pour cette occasion solennelle. Dans de nombreuses régions, on tresse au printemps des couronnes d'aubépine pour que les fées ou les anges qui viennent danser la nuit autour des buissons embaumés puissent s'en coiffer et témoignent leur reconnaissance en répandant leurs bienfaits sur ceux qui ont eu cette attention à leur égard.

En Bourgogne, les mères portent leur enfant malade devant les haies fleuries car elles pensent que leurs prières monteront mieux au ciel en même temps que le parfum des fleurs. En Normandie, on affirme que la foudre épargne l'aubépine (ou la maison qui en est ornée) parce que la foudre est l'œuvre du Diable et qu'elle ne peut frapper une plante qui a touché le front du fils de Dieu.

Source: "Abécédaire de Phytothérapie" Vincent RODZKO.

Quant aux utilisations officinales, elles sont nombreuses: l'écorce est fébrifuge, les feuilles sont astringentes et antidiarrhéiques, les fleurs ont des propriétés toniques pour le cœur, les fruits sont astringents, antidiarrhéiques et antiscorbutiques.

Le bois de l'aubépine dur, compact et lourd, de couleur ivoire, présentant un beau fini au polissage, est un excellent matériau pour les sculpteurs.

calendrier républicain