PIERRE A PLATRE

21 nivôse



Photo: Le four à plâtre,  Géricault vers 1822,  musée du Louvre.

“Le plâtre est une pierre fossile, qui, pour l’ordinaire est d’une couleur grisâtre; il est d’un grand usage pour les bâtiments; on l’y emploie cru et cuit; le plâtre cru, autrement dit la pierre de plâtre, sert pour les fondements; il se conserve entier, aussi bien que le moellon. Le plâtre cuit sert aux endroits à lier les pierres, à garnir les murs, les plafonds et les cheminées. On en fait aussi toutes sortes d’ouvrages au moule.

Le plâtre pour les murs et les enduits de bâtiments est cuit et mis en poudre avec une batte. La bonne cuisson du plâtre se connaît en le mouillant; quand elle est parfaite, le plâtre a une espèce d’onctuosité et de gras qui le colle au doigt; quand elle est imparfaite, il est rude et ne tient point à la main. Le plâtre mal cuit ne reprend pas de qualité en le remettant au four. Les pierres doivent avoir été tirées de la carrière longtemps avant que d’être mises au four, où elles doivent calciner à feu modéré et égal, c’est pourquoi le plâtre du milieu du four est ordinairement le meilleur; la cuisson violente le rend aride et sans liaison; de même que celui qui n’est que de poussière et de gravois battus à la machine.

Le plâtre doit être employé, s’il est possible, au sortir du four, et tout chaud. Il ne faut point le mettre dans des lieux humides et trop aérés, ni au soleil, encore moins à la pluie: l’humidité en affaiblit la force, le soleil le dessèche, et le grand air en dissipe les esprits; éventé, ce n’est plus qu’une cendre sans aucun sel dans lequel consiste sa bonté.

Il faut le moins qu’on peut l’employer pendant l’hiver, parce que le froid glaçant l’eau avec laquelle on l’a gâché, il tombe par éclat quand ce sont de gros murs, et il se fend quand ce sont des enduits. Fouetter le plâtre, c’est le jeter contre le mur ou contre une cloison avec un balai.”

(La nouvelle maison rustique, an XII)

calendrier républicain