LIEVRE

25 pluviôse
Illustration: Le lièvre , Albrecht Dürer, 1502


"Il est timide et très fin, il a l’ouïe subtile, et pour être en état de partir au moindre bruit, il dort accroupi, les yeux ouverts, la tête posée sur les deux pieds de devant, ce qui s’appelle lièvre posé. Il connaît tous les changements de temps; il n’est guère d’animal plus rusé, ni plus sujet au changement de saisons.

... Le lièvre choisira sa demeure sur les penchants d’un fossé qui sera à l’abri de la pluie et du vent et où l’eau pourra venir s’égoutter sans venir sur lui, ou aux lieux éminents, dans la plaine ou sur quelque tas de pierres; et lorsqu’il doit faire de grands vents et froids, il rentre dans le bois pour y être à couvert, mais quand il demeure au gîte dans les guérets ou dans les blés, c’est un signe assuré de beau temps. Ces remarques se doivent faire selon les saisons, l’âge et le naturel des lièvres, car les levrauts et les jeunes lièvres, n’ont point encore toutes ces adresses, pour qu’ils demeurent dans les lieux où ils sont nés et nourris, jusqu’à ce qu’ils soient forts. Il en faut aussi excepter les lièvres ladres, qui font leur demeure dans des lieux humides et marécageux... On excepte encore les temps que les lièvres sont en amour; alors, ils sont si dérangés dans leur façon d’agir que l’on n’y peut porter aucun jugement; ils sont toujours sur pied, courant les uns après les autres, jour et nuit....

La chair du lièvre nourrit médiocrement, elle produit un bon suc et sa peau une bonne fourrure, surtout pour les rhumatismes. Son poil arrête le sang, étant appliqué sur la plaie; son cœur, son foie, son poumon desséchés et mis en poudre, arrêtent la dysenterie, excitent l’urine et les mois aux femmes, et conviennent à l'épilepsie. Son fiel éclaircit la vue et emporte les taches et les nuages des yeux. Sa cervelle fortifie les nerfs. Sa graisse appliquée extérieurement, excite la digestion et la suppuration des abcès. Sa fiente prise intérieurement est bonne pour la pierre et pour l’épilepsie. Ses reins et ses testicules desséchés, fortifient la vessie, arrêtent le flux d’urine, brise la pierre des reins et provoque la semence. Le caillé du lièvre, qui est une matière caséeuse, qu’on trouve adhérente au fond de l’estomac du levraut, résiste au venin, hâte l’accouplement, arrête le cours de ventre, excite la semence, et est bon pour l’épilepsie.“
( La nouvelle maison rustique, an XII)


“ La peau du jeune lièvre dans laquelle on place de l’armoise séchée sert à fabriquer la jarretière du voyageur qui permet de se déplacer avec autant de rapidité que l’animal.”  (Eloïse Mozzani, Le livre des superstitions, Laffont Bouquins 95)

calendrier républicain