FAISAN

25 brumaire


"Le faisan est sauvage et niais; il aime les écarts, les marécages, les bois et broussailles. Il y vit de grains, de fruits et de baies; on le découvre aisément à son chant le matin, et aux fientes qu’il laisse le long des petits sentiers par où il court surtout après la rosée.

Il n’y a qu’à jeter du grain et semer du sarrasin dans les mauvaises terres pour les y retenir et les y accoutumer. On peut aussi en avoir chez soi, en en faisant couver les œufs par des poules communes dans leurs nids.

Les faisans se plaisent dans les lieux humides, mais avec de l’attention, on les retient partout où il y a du bois et du grain. Il faut aux faisans des taillis qui les couvrent, des arbres sur lesquels il se perchent, des plaines qui les nourrissent, et des buissons ou remises, et par dessus tout, une tranquillité profonde qui seule peut les fixer. Si on les fait partir deux ou trois fois, ils s’effraient et désertent. On espère en vain de les retenir partout où l’on chasse.
Souvent, l’orge et le sarrasin font leur nourriture ordinaire. Ils sont friands de féveroles et de topinambours qu’ils savent fort bien déterrer pour leur nourriture. Un boisseau de grain par jour, mesure de Paris, suffit en hiver pour cent faisans; à moins qu’il n’y ait de la neige, alors il en faut davantage. Il faut répandre du fumier dans les différentes places sur lesquelles on jette ce grain, afin de les exercer à le chercher et les y arrêter plus longtemps, autrement il serait dévoré tout d’un coup, et ils déserteraient pour aller après cela en chercher  ailleurs. Malgré ces soins, on en perd toujours beaucoup pendant les brouillards à la fin de l’automne.

On chasse les faisans au fusil de tout temps: on doit pourtant respecter celui de la ponte qui est au mois de mars (de la mi-ventôse à la mi-germinal). On les prend encore à la pâtée, aux halliers, à la tirasse, aux poches et aux collets."   (La nouvelle maison rustique, an XII)



faisan en argent massif, création de l'orfèvre M. Buccellati
place Vendôme, Paris.

calendrier républicain