CAILLE

15 prairial


"Les cailles arrivent au printemps par bandes ou deux à deux, elles s'en retournent en août et en septembre (de la mi-thermidor à la mi-vendémiaire): elles ne partent jamais par le vent de midi dans les climats où ce vent annonce la pluie, parce qu'elles la craignent; tout autre vent leur fait faire bien du chemin; cependant elles s'élèvent peu de terre, et elles ne volent pas facilement; en récompense, elles courent d'une vitesse extrême.

Ordinairement, on les trouve dans les blés verts ou mûrs, dans les chaumes et dans les prairies; elles commencent à chanter au mois d'avril (à la mi-floréal): les mâles courent toujours à la voix des femelles, véritable ou contrefaite. Elles font leur nid par terre, jamais sur les arbres ni dans les buissons; elles pondent jusqu'à dix ou douze œufs et couvent en mai et en août (fin de floréal et de thermidor), et deux autres fois dans les pays où elles passent.
Elles vivent de millet, de blé et de tous autres grains, même de grains d'éllébore.

On les prend de trois manières: à la tirasse, à la chanterelle ou à l'appeau, principalement en août et septembre (de la mi-thermidor à la mi-vendémiaire).

Bien des personnes engraissent des cailles pour en avoir toujours en provision, ou pour les vendre. Aussitôt que la saison propre pour les prendre est arrivée, on se garnit de cages d'osier, longues, basses et couvertes de toiles, afin que ces oiseaux, qui vont toujours sautant ne se blessent point la tête; on y enferme toutes celles qu'on prend en vie et on les y nourrit amplement. Plus elles sont à l'étroit dans la cage, plus elles engraissent, parce que tout se tourne en nourriture. On leur donne deux fois par jour du millet ou du froment pur, avec de l'eau toujours bien nette, leur cage de même, jusqu'à ce qu'elles aient pris graisse, alors il faut les manger ou les vendre avant qu'elles dépérissent. On les vend l'hiver par dizaines au poulailler, après leur avoir doublé la nourriture six jours auparavant pour leur faire prendre graisse.

La chair des cailles est bonne contre la jaunisse, et leur sang est souverain contre la dyssenterie." (La nouvelle maison rustique, an XII)
 
Chant :   La Caille des blés pituite, courcaille, carcaille, margaude, margotte, cacabe.

calendrier républicain